En amour, être fidèle, est-ce être frustré ?

CHRONIQUE | En couple | 06/10/2017 | Numéro 2073 | Par Sophie Lutz
6 commentaires | Imprimer | Classer
couple

EXCLUSIF MAG

Je suis tombée sur le blog d’un homme marié avec une femme, tous deux polyamoureux. Comprenez : libertins. À l’inverse, un magazine féminin vient de faire connaître une nouvelle catégorie de personnes, les demi-sexuels. Comprenez : ces personnes un peu spéciales qui ont besoin d’une connaissance approfondie de l’autre avant de pouvoir engager leur corps. L’inventivité sémantique actuelle laisse penser qu’il y a les généreux, les polys et les avares, les demis, les plus et les moins, ceux qui multiplient l’amour et ceux qui le divisent.

En amour, je préfère la grammaire aux mathématiques. J’y pratique le singulier plutôt que le pluriel. Je conjugue à tous les temps et à tous les modes, je décline, j’accorde. Parfois même, je relis et je corrige. Simplement parce que j’ai confiance en la parole de Jésus qui m’a indiqué la voie, certes étroite, certes limitée, du couple homme-femme, fidèle et indissoluble.

Cependant, se limiter, est-ce moins aimer ? Est-ce moins s’aimer soi-même ? Se limiter, est-ce choisir d’être une frustrée ?

« J’ai un peu l’impression d’être un objet… »

Le problème principal du polyamoureux, selon ses dires, est la jalousie. Comment ne plus être jaloux, tout en l’étant inévitablement ? La jalousie est-elle une phobie (la peur d’être abandonné) ou un trouble obsessionnel compulsif (un désir maniaque de toujours contrôler l’autre) ? Jusqu’à ce qu’une internaute glisse dans un commentaire : « J’expérimente le polyamour depuis quelque temps, et j’ai quand même un peu l’impression d’être un objet… » La remarque passait inaperçue dans un flot de justifications qui cachaient mal les douleurs.

Un amour total, exclusif et définitif

Quand le polyamoureux cherche à limiter, trop tard, le cri de sa jalousie qui le déborde de partout, l’amoureux fidèle se limite, en prévention, pour la raison philosophique que la dignité d’une personne est telle qu’elle ne mérite pas moins qu’un amour total, exclusif et définitif.

Je suis tellement unique et irremplaçable qu’il n’est pas injuste ni déplacé d’attendre de mon cher et tendre mari le don entier de sa vie, ainsi que son entière attention amoureuse. C’est bon pour l’estime de soi, non ? Cela veut aussi dire que je suis moi-même capable d’aimer de cette manière-là. Ce qui n’est pas moins valorisant.

Il y a quelque chose de joyeux dans le fait d’admirer le caractère absolument unique de son conjoint. Ma responsabilité est de lui offrir l’amour qui va l’aider à révéler davantage cet être singulier qu’il est. Être soi-même est une lutte, car le péché nous défigure. Mais la grâce est à l’œuvre et nous transfigure progressivement en notre être véritable. La grâce du mariage, particulièrement.

Sophie Lutz

Mots Clés :

Ajouter un commentaire

Merci de vous identifier ou de créer un compte avant de poster un commentaire.

Vos commentaires ( 6 )

  1. olivier F. Le 11/10/2017 à 15:37 Signaler pour abus
    Sexologue et conseiller conjugal depuis longtemps, j'ai rencontré beaucoup de couples y compris des "polyamour". Ces derniers m'ont invité à aller sur leurs sites. J'y suis allé.
    Ce que j'en ai retiré c'est une forte volonté d'auto-justification, de propagande militante en quelque sorte. Si les choses allaient de soi, il ne leur serait pas nécessaire de se justifier, et de sur-réagir aux critiques.
    La distinction qu'ils font entre polyamour et libertinage c'est d'ajouter un lien "amoureux" aux ébats sexuels.
    Je vois beaucoup de couples s'étant juré fidélité et qui sont déchirés par l'adultère. Les couples poly-amour que je reçois se déchirent aussi, mais sans l'invocation de l'adultère, mais en effet que l'un ne pense pas vraiment compter pour l'autre, surtout si par lassitude sentimentale et sexuelle, l'un des conjoints se force à continuer ces relations multiples qui servent de caution à la licence de l'autre.
    Bien sûr qu'on peut aimer plusieurs personnes et même si possible beaucoup. L'amour ( F1 nous le rappelle dans la "joie de l'amour c'est faire le bien à ceux qu'on aime.) Cela n'a rien à voir avec le sentiment amoureux qui ne dure qu'un moment (quelques mois)
    Il est agréable pour des enfants de se penser le fruit d'une union où chacun des deux parents vaut pleinement la fidélité sentimentale et sexuelle, parce que rien n'épuise cette joie d'aimer "son unique", même les soucis graves de la vie.
    Dieu soit loué on peut encore s'exprimer pour témoigner de ce que l'on observe ! Merci Sophie


  2. philippe g. Le 11/10/2017 à 11:39 Signaler pour abus
    Dans une file serrée de caddies avant d'arriver à la caisse , un monsieur demande à une maman dont l 'enfant sur le siège lui donnait des coups de pieds :" Mdme , voulez vous demander à votre fils de cesser ses coups de pieds " . La mère répondit sèchement :" il fait ce qu'il veut!" . le Monsieur prit alors un pot de confiture dans son caddy , le déboucha et le versa sur la tête du gamin : "Je fais ce que je veux ! "ajouta t-il devant la mère ahurie ! Allons, chers lecteurs , rappelez vous que " qui veut faire l 'ange fait la bête ", et que curieusement , il n 'est jamais question des enfants des couples poly-amoureux ou que sais- je et donc de leurs réactions psycho-affectives . Comment réagissez vous quand on vous pique votre bagnole ou votre cher I-pad ? Chacun est libre de voler ? Chaque être humain vaut , dont vous tous évidemment , bien plus que cela et vous le savez ! Pour terminer en citant mes sources, je vous renvoie à Christiane Singer , parce que sa plume est aussi belle que l 'était cette femme :" La vraie aventure de la vie , le défi haut et clair n 'est pas de fuir l 'engagement mais de l 'oser . Libre n 'est pas celui qui refuse de s'engager . Libre est sans doute celui qui ayant regardé en face la nature de l 'amour - ses abîmes, ses passages à vide et ses jubilations - sans illusions , se met en marche , décidé à vivre coûte que coûte l'odyssée, à n'en refuser ni les naufrages ni le sacre , prêt à perdre plus qu'il ne croyait posséder et prêt à gagner pour finir ce qui n 'est coté à aucune bourse : la promesse tenue , l 'engagement honoré dans la traversée sans feintes d'une vie d 'homme ".
    Tomber amoureux est facile . Le rester reste toujours difficile mais c'est une magnifique aventure ou l 'autre ne cesse grâce à notre amour et notre fidélité de nous éblouir années après années . Bonne et belle route à chacun !
    • Blob B. Le 11/10/2017 à 14:57 - Signaler pour abus
      Si vous me le permettez je vais répondre à votre message, car il démontre à mes yeux une certaine méconnaissance du polyamour. Bon, je passerai sur la comparaison avec le vol ou la confiture, qui est une pratique qui nuit à autrui quand le polyamour ne nuit à personne (bien au contraire).
      Pour les enfants des couples polyamoureux, il existe au moins cette étude (https://www.psychologytoday.com/blog/the-polyamorists-next-door/201704/children-in-polyamorous-families-part-1) qui tendrait à montrer que les effets sur les enfants existent, et sont équilibrés entre les effets négatifs et positifs. Mais globalement, l'impact sur la psychologie des enfants a l'air trop faible pour conclure à des méfaits du polyamour sur eux.
      Pour l'engagement, là encore, vous montrez une méconnaissance du polyamour. Avoir plusieurs histoires sentimentales ne diminue pas l'engagement que l'on a envers chacune d'entre elle. Ce serait un peu comme de dire que d'avoir plusieurs enfants diminue l'engagement qu'on a envers chacun d'entre eux. Non, en polyamour, les engagements sont aussi forts qu'en monogamie exclusive. La différence étant qu'ils sont négociés, et non pas subis. Et qu'ils sont en général de divers degrés : on ne va bien entendu pas avoir l'engagement de fonder une famille avec enfants avec plusieurs personnes, ce serait strictement infaisable.
      Quant à la fin de votre message sur la beauté de l'amour, c'est vrai aussi bien en polyamour qu'en couple traditionnel. Des couples polyamoureux de plus de 20 ans d'age existent. Ils n'ont clairement pas connu que des jours heureux, et ont su les dépasser, et construire leur couple en beauté. La durée moyenne de vie des couples polyamoureux n'est pas inférieure à la durée de vie des couples traditionnels.

      Je pense que l'article démarre très mal et induit les gens en erreur. Le polyamour n'est pas du libertinage en ce sens que les relations polyamoureuses sont des relations sentimentales avant tout (certains polyamoureux sont d'ailleurs exclusifs sexuellement). Et comme toutes les relations sentimentales, elles impliquent un attachement entre chacun des partenaires, une envie de construire des choses ensemble, et de faire perdurer la relation.
      Le polyamour est en fait une réponse à cette question : Considérant le taux de divorce (50% environ) et de tromperie (de l'ordre de 50%), y a t'il encore des raisons de ne croire qu'au couple traditionnel alors qu'il montre très clairement ses limites ?
      Alors, je peux comprendre qu'on défende le couple traditionnel pour des raisons de croyances et il n'y a guère à critiquer cela (je ne suis pas croyant, vous vous en doutez). Mais très clairement, le polyamour est un modèle qui se tient, et une alternative viable.
  3. Thérèse C. Le 11/10/2017 à 10:34 Signaler pour abus
    Je ne vois aucune critique du mode de vie des autres dans votre écrit.

    Merci pour cet article, qui souligne la beauté de la fidélité et de l'amour durable (le développement durable pour notre planète est en vogue, pourquoi l'amour durable pour l'être humain ne le serait-il pas ?)
    Je me demande si ce "polyamour" (pourquoi a-t-on besoin d'inventer toujours de nouveaux mots ?) n'abîme pas la personne.
    Donc, merci pour cet article qui fait du bien.
  4. Blob B. Le 10/10/2017 à 14:45 Signaler pour abus
    Vous mettez en avant le fait que vous investissez l'intégralité de votre amour pour une seule personne, ce qui est beau, mais l'utilisez pour critiquer le mode de vie des autres, ce qui est triste.
    Pourquoi souhaitez vous infliger votre mode de vie aux autres ? Pourquoi le considérer comme supérieur ?

    Soyez heureuse de ce que vous êtes et de votre vie, je ne peux que vous souhaiter ça. Mais ne vous en servez pas pour juger les autres. La conversation qui s'ensuivra sera nécessairement inintéressante et violente, car personne n'a le droit de critiquer votre manière de vivre pas plus que vous n'avez le droit de critiquer celle des autres (tant, bien entendu, qu'elle reste dans le cadre de la loi et du respect de l'autre).
    Donc, comme Malcolm, je vous encourage à aller vers les gens (polyamoureux ou autres), avec l'ouverture d'esprit nécessaire, et peut-être aurez vous le plaisir de découvrir des personnes intéressantes et plaisantes.
  5. Malcom M. Le 10/10/2017 à 08:34 Signaler pour abus
    1) vous confondez polyamour et libertinage
    2) vous ne citez pas vos sources.
    3) je vous invite à venir sur www.polyamour.info pour vous renseigner un peu...

Sur le même thème

Pour aller plus loin

Livres

Films

  • Bébé, mode d'emploi

    Bébé, mode d'emploi
    • Actuellement 2,5 sur 5 étoiles
    • 1
    • 2
    • 3
    • 4
    • 5

    Deux célibataires se voient confier un bébé dont les parents viennent de mourir. Une histoire d'amour originale avec la craquante Katherine Heigl.

  • Spider-Man 3

    Spider-Man 3
    • Actuellement 3,5 sur 5 étoiles
    • 1
    • 2
    • 3
    • 4
    • 5

    Après la merveilleuse découverte du «1» et la grande surprise du «2» qui s'était montré supérieur encore, il n'est pas étonnant que ce «3», toujours écrit et réalisé par Sam Raimi,...

Bonnes adresses

  • Sainte Rita de Vendeville

    Sainte Rita de Vendeville
    • Actuellement 5 sur 5 étoiles
    • 1
    • 2
    • 3
    • 4
    • 5

    Lieu d'accueil pour tous les pèlerins qui viennent prier le Seigneur, se recueillir, et demander l'intercession de sainte Rita.. En nous tournant souvent vers sainte Rita, en cherchant à mieux la...

  • Parcours Alpha duo

    Comment savoir si nous sommes faits l'un pour l'autre ? Suis-je capable de l'accepter tel qu'il (elle) est ? Est-ce normal d'avoir des doutes ?. Le parcours Alpha Duo propose un espace, un lieu à...